#CHALLENGE AZ - E




E  Comme Enfants DAVID décédés en bas âge
Réalisons la valeur infinie
Et la brièveté de la vie.
Jack  Kornfield


ENFANT : être humain, mâle ou femelle, dans sa période de développement située entre la naissance et l'adolescence

Aujourd’hui, je vais vous parler des enfants DAVID, décédés en bas âge.

« L’enfant est né, il est baptisé. Mais vivra-t-il ? »

 La mortalité infantile est très élevée. La mort d’un enfant en bas âge est banale, quotidienne et familière. Aux XVIIème et XVIIIème siècles, 25 % des enfants meurent avant l’âge d’un an, et 40 % entre un an et quatre ans !

Une fois né, l’enfant est donc loin d’être sauvé. Des dangers le guettent. (Maladies, accidents, violence des adultes…) contre lesquels les moyens d’action étaient souvent dérisoires.



Le manque d’hygiène est une des causes premières de la mortalité infantile. On change rarement de linge, on dort dans le même lit, sur la même paillasse qui absorbe les urines communes. A la campagne, hommes et animaux partagent les mêmes pièces.


Faute de médecine efficace, la maladie laissait souvent sans recours.
La maison, l’étable, l’écurie, le jardin, la cave et autres dépendances étaient des espaces de vie mais aussi de mort accidentelle.  Au XIIème siècle l’adage « Toujours dit-on que l’on doit protéger son enfant contre le feu et l’eau jusqu’à ce qu’il ait passé 7 ans », signifiait  aux parents les deux périls les plus fréquents « les brûlures et la noyade ». 
Au XVIIème siècle, le partage du lit était toujours de mise, surtout en hiver. C’était un bon moyen de réchauffer le nourrisson. Mais les nouveau-nés risquaient de mourir étouffés sous le poids des parents ou des frères et sœurs endormis.


Le sevrage de l’enfant provoque souvent le décès de l’enfant, privé de protections naturelles.
La variole qui revient tous les six ans, fait des ravages. L’inoculation introduite en France vers 1730 reste dangereuse.
Les villes sont insalubres et malodorantes ; ordures, fumier et entrailles des animaux tués encombrent les rues.  La pollution de l’eau est souvent source de typhoïde.
Le bétail et les bêtes sauvages pouvaient se révéler très dangereux pour les enfants.


Dans ma famille DAVID, j’ai moi aussi trouvé des enfants morts en bas âge !

François DAVID et Rose GUERY habitent la Métairie de la Cossonnière à la BOISSIERE DE MONTAIGU.
Ils ont eu  neuf  enfants (à ma connaissance pour l’instant). Cinq mourront en bas âge
-       François né le 23 octobre 1797 et son jumeau Jean. Tous deux décéderont les 25 et 26 octobre 1797. Sont-ils nés prématurément ?
-      Jean né le 15 vendémiaire an 13 (6 octobre 1804) et décédé le 10 Brumaire an 13 (1er novembre 1804). Il avait seulement un mois.
-      Jeanne et sa jumelle Julie, nées le 18 septembre 1808 et décédées toutes les deux à une journée près en février 1811. Que s’est-il passé ? épidémie, accident ??

Leur fils Augustin DAVID  et son épouse Perrine MOREAU habitent également la Métairie de la Cossonnière à LA BOISSIERE DE MONTAIGU.
Ils ont eu  six enfants (à ma connaissance).  Trois mourront en bas âge
-      Jeanne l’aînée est décédée en Janvier 1830 au bout de 3 jours,
-      Augustin né en 1832 mais décédé en juin 1838, il avait 6 ans
-      Eugène né le 24 août 1838 décédera à l’âge de cinq ans en 1843. 

       
Louis DAVID (fils d’Augustin et petit-fils de François) et Victoire MERLET résident eux-aussi à la Métairie de la Cossonnière à LA BOISSIERE DE MONTAIGU.
Ils auront douze enfants – trois mourront en bas âge
-       Louis né le 9 janvier 1870 et décédé un jour plus tard
-     Armand né le 28 mars 1880 (jumeau de Victoire) décédera en juin 1880. Victoire elle, vivra jusqu’en 1966.
-      Auguste né le 28  février 1884 décédera le 10 juin 1885 âgé de 15 mois.
 
L’enfant qui a échappé à la terrible mortalité infantile, n’est pas pour autant sauvé du monde qui l’entoure !
Autrefois, aucun espace, aucune structure ne lui est réservé. A lui de se glisser dans le monde des adultes, d’y trouver sa place et de suivre la voie tracée par les générations précédentes !
 
Sources ; La revue française de Généalogie – numéro spécial « La Naissance » ; La revue « Nos Ancêtres » N° 57 Le temps de l’Enfance – N° 60 Comment vivaient nos Ancêtres Paysans.  Wikipédia ; Offrandes 365 Pensées de Maîtres Bouddhistes de Danielle et Olivier FOLLMI..