LE PAYS DE L'OR BLANC



LE PAYS DE L’OR BLANC

Né de la Mer et du Vent, du Soleil et de la Terre
Le Sel est le Fruit Ultime de la Communion
du Labeur de l’Homme
Et de la Générosité de la Nature.




Guidée en une savante métamorphose par le savoir faire immuable du Paludier, la Mer serpente dans l’étonnant labyrinthe du Marais Salant.




Là se mêlent les formes et les couleurs. Vases cendrées qui se craquellent. Mosaïque grise et verte des étiers. L’eau se nuance de rouge en passant sur les algues à l’abri des herbes séchées.


Le sel est le produit final du long voyage de la mer à travers l’architecture complexe du marais salant.
Mais sous les reflets uniques du soleil, il rappelle à l’Homme qu’il vaut « tous les Ors de la Terre ».

La nature ne change pas. Le Paludier non plus. Il vit au rythme du soleil et de la mer, respectant patiemment les rites du sel et de l’eau, réparant inlassablement les dégâts causés par la Marée.

Tant que le sel reste indispensable, il n’y a rien à craindre du lendemain. Le travail est certes pénible mais le résultant vaut l’effort.

Denrée précieuse entre toutes, le sel, utilisé comme conservateur, est présent sur tous  les marchés. C’est même le seul moyen de conserver viandes et poissons et de permettre ainsi de traverser les périodes de disette.


Il fait l’objet de maints négoces et de nombreux trafics.   
Malgré les dangers encourus et les facilités offertes à la contrebande, le Marais Salant bénéficie de l’abondance des échanges avec toute l’Europe par voie fluviale ou maritime.

Il est difficile de savoir à quel moment, l’idée de faire du sel un instrument fiscal a vu le jour. 
Véritable manne pour le Pouvoir Royal, la « Gabelle » va être la source de contraintes, d’injustices, de profits, de révoltes sanglantes, liant ainsi l’histoire du sel à « l’Histoire de France ».
 
La « Gabelle » fût d’abord présentée comme une sollicitude du Pouvoir Royal, cherchant à assurer au Peuple un approvisionnement régulier en cette substance vitale, le mettant à l’abri des hasards de la production, et de la spéculation des marchands.

En réalité, c’est un instrument fiscal d’une redoutable efficacité. Sur un produit de première nécessité, elle établit un monopole, prélevant deux fois la taxe (à la production et sur le consommateur). Et pour couronner le tout, il y a obligation d’achat !

Le sel joue un rôle économique et politique croissant. Les Privilèges, Droits, Rentes se redistribuent.

« Cependant, certaines provinces telle « La Bretagne », venues au Royaume avec leur Franchise, restent libres de la Gabelle !

Mais le sel n’est pas seulement un conservateur une monnaie d’échange. On lui attribue bien d’autres propriétés.




L’Alchimiste et le Cuisinier ont ceci de commun, qu’ils ajoutent du sel à leurs préparations. L’un pour en extraire les métaux, et l’autre, pour en exalter le goût.








 
Entre autres vertus, le sel possède également celle de la Force, y compris la Force Virile.


« Une coutume consiste à saler les hommes au bon endroit
 pour leur redonner de la vigueur »


« Les Femmes salent leurs maris, pour du doux les rendre Guéris ! »




Textes et Illustrations réalisés par Jean-Marc, mon époux, d’après
« Les chemins de Malefosse » BARDET DERMAUT
« Le sel et la Terre » VIVRE ICI
« Les chemins du sel » G. DUNOYER de SEGONZAC
« Guide de la Bretagne Mystérieuse » Gwenc’han LE SCOUEZEC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire